• CV Récital

    CV du récital (les deux interprètes). A reproduire dans le programme de concert. (en cadrant bien, il entre dans une page A4). 

     

    Ténor et poète Joachim Bresson découvre le chant grâce à Michel Milone, et la poésie au hasard des manuels scolaires. Essentiellement autodidacte, il suit un parcours atypique. Il apprend le chant et la musique en donnant des concerts avec le chef d’orchestre Hugues Reiner, qui le soutient. Il reçoit les conseils vocaux éclairés de Hanna Schaer, Vadim Artamanov, Jean-Pierre Blivet et Thierry Félix. Il participe également à une master-class avec le ténor russe Vladimir Galouzine. Il chante à Paris, Salle Gaveau, Salle Cortot, au Palais de l’UNESCO, à l’Auditorium de la SACEM et à la Cité internationale des Arts, ainsi que dans les églises, Saint-Sulpice, Madeleine, Trinité. Il voyage en Europe, en Russie, en Turquie, en Inde, en Afrique, en Amérique Centrale, à Singapour et en Australie.

    Son répertoire se concentre actuellement sur le récital, où il chante Schubert (Voyage d’hiver, Chant du Cygne), Schumann (Les Amours du poète), Mahler (Chants d’un Compagnon errant), et bien-sûr les français Fauré, Berlioz (Les Nuits d’été), Chausson, Duparc et Ropartz. Il a reçu les encouragements de personnalités, tel le chef d’orchestre Jean Périsson. Par ailleurs, il a beaucoup chanté le répertoire sacré, Requiem de Mozart, Requiem de Verdi, 9ème Symphonie de Beethoven, Te Deum de Bruckner, Stabat Mater de Dvorak, La Création de Haydn, et dans un autre genre, l’évangéliste de la Passion selon Saint Jean de J.-S. Bach.

    En poésie, après des années de recherche et d’écriture, il rencontre l’oeuvre de Charles d’Orléans (1394-1465), et singulièrement la forme rondeau. Cette rencontre humaine et artistique lui ouvre des portes nouvelles. Il est l’auteur de plus de 200 rondeaux à ce jour, et publie deux recueils aux éditions Narratif, L’Amour de la Poésie (2016) et Tableaux vernonnais (2017). Son travail rencontre l’accueil chaleureux du public, et les encouragements de personnalités universitaires et littéraires. Isabelle Bétemps (Université de Rouen), Estelle Doudet (Institut Universitaire de France) et Pierre Brunel (Académie des Sciences Morales et Politiques) préfacent gracieusement ses ouvrages.

    Hugues Reiner, chef d’orchestre, chef de chœur et pianiste, né en 1960 à Paris. Né dans une famille d’écrivains, Hugues Reiner étudie le chant, le piano et le violon. A 17 ans il devient membre de l’orchestre des Jeunes de l'orchestre de Paris, et du chœur de l'Orchestre de Paris, sous la direction d'Arthur Oldham. Il étudie la direction d’orchestre avec J.C Hartemann, ainsi que la direction de chœur. Il sera désigné en 1982 pour fonder et diriger le Chœur de l’Armée française. A ce jour, il a dirigé plus de 1 500 concerts symphoniques dans une quarantaine de pays, invité par les orchestres nationaux de Luxembourg, Russie, de Pologne, de Lituanie, de Serbie et de Roumanie et de Chine. A Paris, il a dirigé salle Pleyel, salle Gaveau, Théâtre du Châtelet et des Champs Élysées, grand auditorium de Radio France, Palais de l'Unesco, un vaste répertoire symphonique comprenant l'intégrale des symphonies de Beethoven, Brahms, Mahler, Tchaikovsky et Roussel. Plusieurs solistes illustres ont travaillé sous sa direction Sandrine Piau, Miguel Angel Estrella, Ivry Gitlis, Thierry Félix, Frédéric Lodeon, Marielle Nordmann, Régis Pasquier. Il a enregistré des œuvres telles que la 4ème symphonie de Mahler, les 3ème et 7ème symphonies de Beethoven, Requiem allemand de Brahms, Requiem de Duruflé, 1er Concerto pour piano de Tchaïkovski, symphonie du nouveau Monde de Dvorák, Carmina Burana de Carl Orff, etc... Son répertoire comprend également la musique sacrée de Mozart et Schubert à Verdi, Dvorak et Bruckner.

    Musicien engagé, il a essayé de rendre la musique accessible au plus grand nombre, utile si possible, et de lui conserver sa vocation d’édification des cœurs. En Europe de l’Est, en Amérique Centrale aussi bien qu’en France, il participe depuis plus de 30 ans à de nombreuses actions en faveur des plus démunis, des personnes déracinées et des talents méconnus. Pendant la guerre de Bosnie, il se rendit à Sarajevo assiégée pour y reconstituer l’orchestre et faire jouer ensemble des musiciens Serbes, Croates et Bosniaques.

    Comme pianiste, il fut l’accompagnateur privilégié de Jacqueline Morin (disciple de Max Lorenz et Pierre Bernac) durant ses années d’apprentissage, dans le répertoire de musique de chambre. A l’occasion il a joué en concert de œuvres telles que le Concerto pour piano n°23 de Mozart. Il a repris son activité pianiste progressivement au cours des années 2010 en donnant des concerts d’improvisation, et en accompagnant le ténor Joachim Bresson dans le répertoire chant-piano (Schubert, Schumann, Mahler, Berlioz, Fauré, Chausson, Duparc, etc.).

    Hugues REINER a été élevé au grade de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres en 2018.