• Biographie Joachim Bresson

     

    "Vous avez chanté pour nous le premier lied de la "Winterreise" de Schubert ("Fremd bin ich eingezogen") et il n’en fallait pas plus pour créer entre nous un climat profondément musical. Il suffit de quelques notes pour reconnaître un vrai musicien."  Jean Périsson, chef d'orchestre (2015) 

     

    "Vous chantez avec une technique occidentale, mais avec l'âme russe". Konstantin Barkov, chef d'orchestre (Philharmonie de Lipetsk - Russie - 2016) 

     

    "J’étais venu avec l’un de mes amis, attiré par un rare et magnifique programme : les mélodies d’Henri Duparc qui m’ont enchanté dès ma jeunesse et qui étaient associées pour moi à la voix de Camille Maurane. Celle de Joachim Bresson, son interprétation, m’ont immédiatement rappelé ce grand interprète que j’ai eu la chance d’entendre, de connaître et d’approcher, jusqu’à son concert d’adieux, au Théâtre Grévon, et même au delà." Pierre Brunel, Académie des Sciences Morales et Politiques (2017) 

     

    Ténor, poète et musicien, Joachim Bresson découvre le chant grâce à Michel Milone, et la poésie au hasard des les manuels scolaires. Essentiellement autodidacte, il suit un parcours atypique. Il apprend le chant et la musique en donnant des concerts avec le chef d’orchestre Hugues Reiner, qui le soutient. Il reçoit les conseils vocaux éclairés de Hanna Schaer, Vadim Artamanov, Jean-Pierre Blivet et Thierry Félix. Il participe également à une master-class avec le ténor russe Vladimir Galouzine. Il chante à Paris, Salle Gaveau, Salle Cortot, au Palais de l’UNESCO, à l’Auditorium de la SACEM et à la Cité internationale des Arts, ainsi que dans les églises, Saint-Sulpice, Madeleine, Trinité. Il voyage en Europe, en Russie, en Turquie, en Inde, en Afrique, en Amérique Centrale, à Singapour et en Australie. 

    Son répertoire se concentre actuellement sur le récital, où il chante Schubert (Voyage d’hiver, Chant du Cygne), Schumann (Les Amours du poète), Mahler (Chants d’un Compagnon errant), et les français Fauré, Berlioz (Les Nuits d’été), Chausson, Duparc et Ropartz. Il a reçu les encouragements de personnalités, tel le chef d’orchestre Jean Périsson. Par ailleurs, il a beaucoup chanté le répertoire sacré, Requiem de Mozart, Requiem de Verdi, 9ème Symphonie de Beethoven, Te Deum de Bruckner, Stabat Mater de Dvorak, La Création de Haydn, et dans un autre genre, l’évangéliste de la Passion selon Saint Jean de J.-S. Bach. 

    En poésie, après des années de recherche et d’écriture, il rencontre l’oeuvre de Charles d’Orléans (1394-1465), et singulièrement la forme rondeau. Cette rencontre humaine et artistique lui ouvre des portes nouvelles. Il est l’auteur de plus de 200 rondeaux à ce jour, et publie deux recueils aux éditions Narratif, L’Amour de la Poésie (2016) et Tableaux vernonnais (2017). Son travail rencontre l’accueil chaleureux du public, et les encouragements de personnalités universitaires et littéraires. Isabelle Bétemps (Université de Rouen), Estelle Doudet (Institut Universitaire de France) et Pierre Brunel (Académie des Sciences Morales et Politiques) préfacent gracieusement ses ouvrages.